Le nouveau contraceptif naturel : le streaming

La presse numérique française relate le 23 avril 2019, une enquête diligentée par le Wall Street Journal à propos de la baisse de la natalité aux USA. Plusieurs enquêtes de différents instituts démontrent que les Américains se cajolent moins souvent qu'il y a trente ans et que la tendance n'a de cesse de s'accentuer au rythme de la croissance d'écoute des programmes en streaming. Les abonnements à ces chaînes de diffusion continue à la demande permettent de suivre une série télévisée à volonté, autant de temps que nécessaire pour voir tous les épisodes en une période choisie.

La soirée en couple ne se partage plus, elle consomme des images jusqu'à la satiété visuelle. Les moins de trente ans sont 36% à préférer un programme en streaming à un câlin sous la couette. Un suspense interprété par des acteurs et actrices de rêve est beaucoup plus excitant qu'un assouplissement conjugal de sorte que les couples se bouleversent en regardant un écran ce qui fait dire pour une nouvelle génération que le streaming est le meilleur contraceptif naturel qui soit.

Les sociétés de streaming contestent bien évidemment la validité des constats mais reconnaissent que leurs clients-es consomment deux à trois heures de programmes par jour. Il faut ajouter le temps passé derrière un smartphone à consulter Internet, envoyer et recevoir des selfies, il ne reste plus beaucoup de temps pour la passion vécue. La passion du virtuel permet de vivre toutes les vies que l'on souhaite sauf la sienne.

Le féminisme en presqu'île de Crozon

Crozon n'est pas épargné par les violences conjugales



Sondage d'opinion sur le féminisme

Sondage sur la condition féminine dans la ruralité