L'académie de médecine est contre la PMA pour toutes les femmes

17 septembre 2019 - L’Académie nationale de médecine émet des réserves quant à l'usage de la PMA - Procréation médicalement assistée - pour toutes les femmes homosexuelles ou célibataires qui voudraient un enfant suite à un don masculin. « La conception délibérée d’un enfant privé de père constitue une rupture anthropologique majeure qui n’est pas sans risques pour le développement psychologique et l’épanouissement de l’enfant ». Cet avis fut voté par 69 voix pour, 11 contre et 5 abstentions. L'académie de médecine remet en cause les études européennes qui tendraient à prouver que l'absence de père n'était pas un facteur déstabilisant pour l'enfant. L'académie « ne juge pas très convaincantes ces données au plan méthodologique, en nombre de cas et en durée d’observation sur des enfants n’ayant pas toujours atteint l’âge des questions existentielles ». L’Académie  de médecine « reconnaît la légitimité du désir de maternité chez toute femme quelle que soit sa situation » et objecte qu'« il faut aussi au titre de la même égalité des droits tenir compte du droit de tout enfant à avoir un père et une mère dans la mesure du possible ».

L'opinion publique clive entre satisfaction du rappel essentiel du modèle père mère pour un enfant heureux et l'usage inopportun d'une approche psychologique peu scientifique pour établir ces réticences aux contours diffus basés sur des suppositions de conformité.

Le projet de loi de bioéthique est débattu à partir du 24 septembre à l’Assemblée nationale. La PMA attend le verdict.

Le féminisme en presqu'île de Crozon

Crozon n'est pas épargné par les violences conjugales



Sondage d'opinion sur le féminisme

Sondage sur la condition féminine dans la ruralité