La grossesse de la PMA ça pousse côté gauche ça coince côté droit

2017- Lors de sa campagne électorale présidentielle, le candidat Emmanuel Macron avait inséré dans son programme la PMA pour toutes les femmes. La législation en cours permettait la procréation médicalement assistée au couple hétérosexuel dont l'un des partenaires était stérile ou était atteint d'une maladie transmissible.

2019 juin - Sondage Ipsos auprès des Français à propos de la PMA pour toutes les femmes. Une loi dans cette intention est acceptée à :
82% par la gauche extrême
89% par la gauche modérée
59% par la droite modérée
77% par la droite extrême

Les femmes sont plus favorables 52% que les hommes 47% et les jeunes générations y sont nettement plus favorables.

2019 juillet - Le gouvernement en place annonce que la rédaction du projet de loi est prêt à être soumis à l'Assemblée Nationale en septembre. Ce projet inclut la possibilité au donneur de faire connaître son identité à l'enfant à sa majorité si celui-ci en formule le souhait. Le donneur anonyme a la garantie de la préservation de son anonymat. La PMA pour toutes - femmes célibataires et femmes homosexuelles - serait remboursée par la sécurité sociale.

La réaction la plus notable provient du candidat à la présidence du parti LR (Les Républicains - droite modérée) Guillaume Larrivé qui s'oppose à l’extension de la PMA à toutes les femmes.

«Sur la question précise de la PMA sans père, je crois profondément, après y avoir réfléchi, que comme législateur, nous avons le devoir de fixer des limites à ce qui seraient des tentations démiurgiques. Je ne veux pas que dans quelques années on se réveille, hagard, dans un monde transhumaniste où l’on créerait des bébés sur mesure, en méconnaissant au fond la nature même de l’humanité. C'est une inquiétude qui m’habite et qui me conduira, en conscience, à voter contre les articles de cette loi autorisant la PMA sans père et je continuerai aussi bien sûr à refuser toute évolution vers la gestation pour autrui (GPA) qui méconnaîtrait profondément la dignité de la personne humaine. Je ne veux pas que nous franchissions, presque par inadvertance, la barrière qui nous sépare du transhumanisme, que nous approuvions ce qui nous apparaîtrait être un progrès mais qui serait en réalité la source d’un grand malheur pour l’humanité.»

La PMA pourrait concerner 2000 femmes par an selon les projections du gouvernement. Des couples féminins, depuis très longtemps, passent les frontières de la Belgique et de l'Espagne pour y avoir recours.

Le féminisme en presqu'île de Crozon

Crozon n'est pas épargné par les violences conjugales



Sondage d'opinion sur le féminisme

Sondage sur la condition féminine dans la ruralité