Logements étudiants et chambres pour coucher

Le logement des étudiants à la rentrée universitaire est un marronnier de plus... Les journalistes rappellent pour la énième année consécutive que les étudiants peinent à trouver un studio, ou plus simplement une chambre pour se loger. A la rentrée universitaire de 2019, une association estudiantine d'une grande ville française a proposé de mettre en relation des étudiants et des habitants pour que ces derniers mettent à disposition leur canapé durant quelques semaines le temps que se résolvent les problèmes de couchage. Du couchage à la coucherie, de la chambre espérée au canapé de survie, il n'y a que le hasard des mauvaises rencontres pour les jeunes filles qui débutent dans la vie sociale.

Chaque année, des étudiantes ont glissé sous des draps profiteurs... Des annonces Internet dont la tournure aborde l'hébergement des étudiantes à domicile à peu de frais corporels, bien que cela soit parfaitement illégal, engagent des filles sans moyens financiers sur des pentes excessivement glissantes et glauques. Ce dévissage grandeur nature n'affecte que très rarement les étudiants masculins... On peut toujours prétendre qu'aucune fille n'est forcée, on peut rétorquer qu'une société respectueuse des femmes n'échangerait pas une chambre contre un corps.

L'Etat de Droit connaît la dérive du mois d'octobre qui revient aussi souvent qu'un automne. Le droit des femmes étant moins prépondérant que l'indifférence administrative, l'année prochaine quelques jeunes étudiantes prendront des cours gratuits de domesticité.

Le féminisme en presqu'île de Crozon



Sondage d'opinion sur le féminisme

Sondage sur la condition féminine dans la ruralité