Un manifeste féministe pour la liberté individuelle raisonnable des mœurs

L’article 490 du code pénal marocain punit de prison les relations sexuelles hors mariage. En 2018 - 14503 procédures judiciaires ouvertes pour des actes sexuels hors mariage. 3048 pour adultère. 170 pour homosexualité. 73 pour avortement alors que 600 à 800 avortements clandestins sont effectués par jour.

24 septembre 2019 - Un manifeste cosigné par 490 Marocaines est publié. Un manifeste féministe pour la liberté individuelle raisonnable des mœurs ouvert aux hommes mais néanmoins rédigé par une élite intellectuelle...

« Nous sommes hors-la-loi. Nous violons des lois injustes, obsolètes, qui n’ont plus lieu d’être. Nous avons eu des relations sexuelles hors mariage. Nous avons subi, pratiqué ou été complices d’un avortement. »

« La culture du mensonge et de l’hypocrisie sociale génère la violence, l’arbitraire, l’intolérance. Ces lois, liberticides et inapplicables, sont devenues des outils de vengeance politique ou personnelle. »

« Je n’en peux plus. Car mon corps m’appartient, il n’appartient ni à mon père, ni à mon mari, ni à mon entourage, ni aux yeux des hommes dans la rue, et encore moins à l’Etat. »

30 septembre 2019 - Une femme célibataire de 29 ans est condamnée à un an de prison pour avoir avorté et tout autant pour son partenaire. Une grossesse hors mariage. Le chirurgien écope de deux ans auxquels s'ajoutent deux années d'interdiction d'exercer la médecine à l'issue de la peine. L'anesthésiste subit une peine avec sursit d'un an, enfin la secrétaire subit un sursit de huit mois.

Le féminisme en presqu'île de Crozon

Crozon n'est pas épargné par les violences conjugales



Sondage d'opinion sur le féminisme

Sondage sur la condition féminine dans la ruralité