Faits divers à couteaux tirés - dossier spécial couteaux de cuisine

Le couteau reste l'ustensile le plus usité dans les féminicides avec arme. Ne serait-ce pas la faute des femmes et de leurs propensions innées à vivre dans leur cuisine que d'y être trucidées sur le vif ? Une femme qui passerait son temps dans le canapé du salon à regarder la télé serait-elle lardée autant ? Le mari en colère devant s'activer, se diriger vers la cuisine, en revenir avec le doute quant au choix de la longueur de la lame... Il y a nécessairement une baisse d'enthousiasme.

Ainsi, pratique, toujours sous la main en cas de colère, le couteau permet d'extérioriser des ressentis conjugaux que la communication de couple ne permet pas. D'ailleurs la verbalisation est certes très variable selon les conjoints mais reste indubitablement loquace : au cours d'un joli mois de mai ont apprend par les faits divers qu'en une seule journée française, trois époux distincts ont aiguisé leurs couteaux de cuisine 6, 20 et 27 fois respectivement dans la carcasse de femmes jugées insensibles au désespoir masculin.

Dernière minute, avant de clore la boucherie du jour, un homme marié vient de tuer sa femme... à coups de couteau. Pris d'un violent remords, il a tenté de se tuer à la tronçonneuse, il s'est loupé. On peut être boucher conjugal sans être bûcheron, chacun son niveau de boucherie...

Le féminisme en presqu'île de Crozon

Crozon n'est pas épargné par les violences conjugales



Sondage d'opinion sur le féminisme

Sondage sur la condition féminine dans la ruralité