Le bikini des bombes anatomiques

En 1932, Jacques Heim (1899 - 1967) couturier à la mode crée un maillot de bain deux pièces pour femme qui est d'un aspect très enveloppant car le nombril est recouvert bien en hauteur. Le nom du modèle est "Atome" qui est d'un usage confidentiel, peut-être bien plus confidentiel et plus couvrant que les maillots de bain de l'antiquité romaine que certaines femmes dans des villas luxueuses semblent avoir adopté pour le plaisir du maître.

En 1946, Louis Réard (1897 - 1984) ancien ingénieur automobile, reprend les affaires de sa mère qui détient une boutique de lingerie à côté des "Folies bergères" à Paris. Le fin observateur constate que les femmes remontent leurs maillots de bain pour bronzer au plus large. Il lui vient donc l'idée de créer un maillot de bain deux pièces bien plus découvrant que celui de Jacques Heim qui se prétendait l'inventeur du plus petit maillot de bain du monde. Louis Réard rajoute une couche de minimalisme en ayant inventé le maillot de bain plus petit que le plus petit maillot de bain du monde. Et ainsi de scandale religieux en exagération médiatique le Bikini explose ses ventes... Bikini comme l'atoll américain des essais de la bombe atomique dont la publicité vestimentaire reprendra l'idée : Les femmes qui portent un bikini sont des bombes anatomiques !

En 1949, Le bikini fut interdit sur les plages de l'Atlantique et autorisé sur le bord de la Méditerranée.

En 1953, Brigitte Bardot en starlette inconnue sur le sable de Cannes porta le bikini qui affola les photographes du festival.

Diana Vreeland, journaliste de mode incontournable, déclara : « le bikini est la chose la plus importante depuis l’invention de la bombe atomique. »

Le magazine Modern Girl, tenta de contenir la vague : « Il n'est guère nécessaire de perdre son temps à parler de ce « bikini » puisqu'il est purement inconcevable qu'une fille nantie de tact et décence porte un jour une telle chose. »

La vision du nombril était jugée outrageante et propice à des mœurs dépravées. Le nombril des femmes devint le nombril du monde en proie à la décadence.

Les territoires ruraux craignaient désormais deux bombes atomiques tandis que le cinéma ne pouvait plus se passer de bikinis pour dévêtir les stars féminines du mieux que la décence le permettait en attendant patiemment la nudité lucrative.

Il n'y a jamais eu de diatribe à l'égard des modes masculines. On renâcla, on déplora le mauvais goût, tout se passait dans le débat du chic et non celui de la dépravation comme peut l'être encore aujourd'hui le débat de la mode féminine. Peu vêtue la femme est une bombe sexuelle, peu dévêtue elle est une none sensationnelle. Jugée en tout point, accusée en toute circonstance, une femme peine à s'habiller du respect qui lui est dû.

Le féminisme en presqu'île de Crozon



Sondage d'opinion sur le féminisme

Sondage sur la condition féminine dans la ruralité