L'assurance scolaire intègre le harcèlement et le racket comme dommage à la personne

Les assureurs proposant le service d'assurance scolaire intègrent progressivement des prestations de soutien et et de conseils juridiques afin de prendre en charge partiellement le désarroi des victimes de harcèlement à l'école, victimes de racket et plus encore. La nouvelle menace très tendance est devenue le cyberharcèlement au travers des réseaux sociaux ainsi, un élève maltraité à l'école voit sa maltraitance se poursuivre sur Internet avec la complicité des firmes qui au nom de la liberté d'expression laisse s'installer de vives campagnes d'attaque à l'égard d'adolescents qui subissent un enfer à l'école, un enfer hors de l'école, souvent loin du regard des parents. Quand ces derniers apprennent l'ampleur du désastre, le soutien psychologique et les méthodes d'intervention pour se présenter devant la justice ou mettre fin à la diffusion de contenus dégradants manquent. Les assureurs cherchant à maintenir une clientèle proposent donc des aides minimales... Ces aides limitées consistent essentiellement à donner les renseignements utiles pour entamer les démarches administratives, selon le niveau du contrat d'assurance quelques heures d'écoute psychologique sont prévues ainsi qu'un accompagnement de courte durée pour une première démarche à l'égard des réseaux sociaux pour la suppression de contenus diffamants dont les filles sont souvent les victimes les plus exposées...

Si des sociétés commerciales développent des services payants, ceci évoque l'intensification des haines ordinaires dès le plus jeune âge... Il y a toujours eu des souffre-douleur dans les cours de récréation mais désormais le harcèlement est un spectacle sur écran.

Le féminisme en presqu'île de Crozon

Crozon n'est pas épargné par les violences conjugales



Sondage d'opinion sur le féminisme

Sondage sur la condition féminine dans la ruralité