L'aménagement de l'espace public intègre mal les besoins des femmes

17 septembre 2019 – Un groupe de féministes trentenaires a fait du porte à porte dans une grande ville française pour connaître les détails de la vie pratique dont les femmes aimeraient bénéficier chaque jour. Parmi les souhaits féminins :
Des places de parking pour femmes enceintes.
Des urinoirs clos dans les parcs proches des aires de jeu des enfants.
Des arrêts de bus à la demande la nuit.
Des horaires de piscine séparant les hommes et les femmes durant quelques créneaux horaires.
Des adjoints non genrés dans les administrations : des hommes dans les services relatifs à la maternité. Des femmes dans les services relatifs à la sécurité.

Certains diront que les idées ne coûtent pas cher, seules les réalisations sont dispendieuses... Dans ce cas que les réalisations aient un fond d'égalité femme homme et si un projet favorable au masculin était en tête de liste, il fera partie des dossiers en attente comme tant de dossiers féminins éternellement attendus. La culture de l'approximation envers le confort de vie des femmes perdure et les quelques évolutions salutaires sont souvent issues de la contestation assimilée à une lutte féministe. Les pouvoirs publics semblent tout ignorer de la féminité. Les décisions de l'aménagement de l'espace public sont souvent masculines. Le défaut de représentation des femmes dans les organismes d'aménagement ont un coût, outre celui de l'indifférence à l'égard des femmes, les projets discriminants sont des dépenses malencontreuses dont les réajustements sont encore plus honéreux.

Quant aux idées discutables, la démocratie est là pour en discuter...

Le féminisme en presqu'île de Crozon

Crozon n'est pas épargné par les violences conjugales



Sondage d'opinion sur le féminisme

Sondage sur la condition féminine dans la ruralité